Le Bal des Enragés au Val d’Ajol: Hommage à Schultz de Parabellum (Part 2)

Posté dans : Concerts, Hommage | 6

Seconde mi-temps d’un week-end enragé en hommage à Schultz de Parabellum, un grand moment du punk français a été gravé à jamais dans un lieu mythique, perdu au fin fond des Vosges, Chez Narcisse au Val d’Ajol.

En arrivant au Val d’Ajol, après une longue route sinueuse de montagne, il est difficile de ne pas tomber sous le charme de cette petite commune d’à peine 4 000 âmes. Le soleil s’est invité et nous ne lui en voulons pas. Le calme semble régner dans les ruelles du village quasi désert. Que cela cache-t-il, où sont-ils donc tous? Les Ajolais auraient-ils fui en apprenant la venue massive de quelques enragés et leur horde de fans plus punks les uns que les autres? C’est à se demander même si nous nous ne sommes pas trompés de route… Le GPS semblait plutôt fiable pourtant. Et puis, nous passons enfin devant le bar du village, non loin de l’église, normal en soi. La belle enseigne trônant au-dessus de la porte nous rassure: « Chez Narcisse, depuis 1897″. À ce moment bien précis, alors que nous découvrons les premières personnes posées tranquillement en terrasse avec leur bière ou leur verre de vin, une émotion certaine nous envahit. Tout se bouscule dans notre tête, le palpitant s’emballe, comme si nous avions retrouvé nos racines, nous nous sentons parfaitement et incroyablement bien. Je sors de la voiture, respire à pleins poumons et je comprends alors pourquoi tu te sentais si bien ici, Schultz, comme à la maison. Il nous a fallu moins de temps encore pour être accueillis comme si nous étions des parents éloignés; à la fois chaleureusement et en toute simplicité.

  • Lire plus

    Il n’y a pas grand monde, il faut dire qu’il est tôt encore, à peine 14h, ou 15h peut-être, le temps semble s’être arrêté. Les gens déjà présents depuis un bon moment sont des fans qui ont fait la route de loin ou des villageois, ou des membres de l’équipe du bar. Difficile à dire, tous semblent se connaître, s’entendre à merveille. Léonie, cogérante de Chez Narcisse avec Victor, m’interpelle: « zOz ! Bienvenue, ça fait plaisir que tu sois venu! » Nous ne nous sommes jamais rencontrés, cela faisait juste des lustres qu’on me parlait de ce lieu magique où rien n’est comme ailleurs, des années qu’on me faisait rêver et me disait d’y aller. Apparemment, ma réputation m’avait devancé. Je rentre alors dans ce petit troquet perdu dans les Vosges. Ça paraît tellement incroyable que tant de groupes aient joué ici. Pourtant, les murs sont chargés d’histoires et d’émotions, ils vibrent et raisonnent pleinement encore de toutes ces aventures, des tiennes aussi, Schultz. Les anecdotes ne manquent pas apparemment, des petites histoires à peine croyables si elles n’avaient pas eu lieu ici. Lorsque tu venais, tout le village était au courant, arrêtait ses activités pour aller à ta rencontre. Il y a, par exemple, le boucher du coin qui, passant un jour avec son utilitaire devant le bar aux alentours de midi, freine brusquement, laisse son camion au milieu de la rue et fonce dans le bar: « Schultz ! Il est là ! » On me raconte aussi la fois où Vincent de Lofofora vient voir Schultz en train de prendre son café au comptoir pour le prévenir qu’il faut faire la balance. Un « ancien » l’interpelle et lui demande: « Dis donc, t’es qui toi pour venir déranger Schultz ?! » Là, deux dames d’un certain âge aussi rembarrent le bonhomme: « Ben voyons, c’est Vincent, le batteur de Lofofora » et notre monsieur de répondre: « Je ne pouvais pas savoir moi que Lofofora avait un nouveau batteur ! »

    Bref, le Val d’Ajol est un village à part et Chez Narcisse, un lieu comme nous n’avons jamais osé en rêver. Je sais maintenant pourquoi tu étais si attaché à cet endroit, à ces gens, ils te ressemblent et ça fait un bien fou de te retrouver.

    Je mets alors en place mon exposition, une humble sélection de douze portraits parmi mes clichés préférés de ta trogne. Comme pour ces deux soirées, les billets d’entrée et les tee-shirts tirés spécialement pour l’occasion, l’intégralité des bénéfices de la vente de ces tirages photo sera reversée à ta famille. Il m’était important de participer, à ma façon, avec mon cœur, le fruit de mon travail. Entre les quelques ventes la veille à Paris, lors du concert à l’Alhambra (dont le reportage se trouve ici) et celles réalisées au Val d’Ajol, c’est plus de 600 € qui se rajoutent à la cagnotte. Maintenant que tout est en place, la soirée va pouvoir enfin commencer. Il y a du monde, beaucoup même, la salle va afficher plus que complet, tout le monde ne pourra pas rentrer. À l’image de la troupe de fans de Tagada Jones et du Bal des Enragés, certains sont venus de toute la France pour te célébrer, bien plus loin que moi, petit lyonnais d’adoption.

    Il est bientôt 19h, je crois, mais une chose est certaine, c’est que je suis très loin d’imaginer ce qu’il va se passer. L’ambiance d’un concert Chez Narcisse ne peut se raconter, elle se vit à pleine émotion. Comme une grande claque dans la figure, elle laisse des traces et parce qu’il n’y là point de masochisme, on tend généreusement l’autre joue, en redemande… Encore ! 3h30 d’un concert marathon incroyable, d’inlassables slams, de pogos et de wall of death, le tout dans un esprit des plus respectueux et festif. C’est certain, tu t’es bien fendu la gueule à nous regarder de là-haut et, d’ailleurs, nul doute que tu étais avec nous lors de cette soirée mythique. Une météorite ou plutôt, une énorme étoile filante a traversé le ciel des Vosges vers 20h40, au moment où les murs de Chez Narcisse suintaient et que le concert battait son plein. Est-ce un signe de ta part, ou, connaissant ton esprit blagueur, un canard blanc? En tous cas, nous avons tous pensé à toi le lendemain en apprenant la nouvelle.

    Après le concert, commence alors la troisième mi-temps. Sans aucun doute un de tes moments préférés. Avant toute chose, j’ai offert à Léonie et Victor un de tes portraits que j’avais immortalisé lors d’un Bal des Enragés en 2010, un immense tirage d’1m30 sur 2 mètres. Tu veilles dorénavant sur tous les concerts de Chez Narcisse, trônant fièrement sur le plafond de la salle. L’émotion de Léonie était si touchante. Puis, les Ajolais nous ont préparé pour l’occasion les meilleures spécialités du coin et réservé quelques bonnes bouteilles. Une belle fête en « famille » qui a duré toute la nuit, mais ça, tu connais, tu en as fait quelques-unes et là encore, tu nous accompagnais à chaque instant. Il y avait comme une drôle d’impression qui rodait cependant, comme si nous étions en train de participer au dernier Bal. Que ce soit pour Léonie, les villageois, les fans ou moi-même, la chose était impensable et le meilleur hommage que nous puissions te rendre, c’est de continuer. Alors, peut-être avons-nous été entendus et le Bal des Enragés va reprendre. Le rendez-vous est déjà pris Chez Narcisse, le 7 février 2016, un CD live sera même enregistré lors de cet évènement. Les deux jours précédents, ce sera Lyon et Cluses et, pour moi, la meilleure occasion de fêter mon anniversaire, trois jours enragés comme jamais. Vivement !

    Allez, j’en ai assez dit, place aux photos de la soirée et, comme tu dirais: « Vos gueules !!! »
    Merci Schultz, nous prenons soin de ta mémoire, garde un oeil sur nos humbles vies et rendez-vous au dernier trocson.

Partagez !

Abonnez-vous !

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
2 671 abonnés.

ARTICLES SIMILAIRES

Facebook

Instagram

Twitter

Commentaires Facebook

6 réponses

  1. Philippe Monnereau
    | Répondre

    Quelle soirée, quel souvenir!!!!! C’est vrai que chez narcisse est une salle magique…..Merci zoz!

  2. Pascal Fossard
    | Répondre

    Merci monsieur ZoZ pour ces photos !

  3. Poul Os
    | Répondre

    Superbe live report ! Il y’ a d’ autres photos de cette soirée hommage ? Merci monsieur Zoz.

    • [zOz] photographie
      | Répondre

      Il y a d’autres photos, oui, mais l’essentiel est là. 😉

  4. Sébastien Perriard
    | Répondre

    Superbes photos. Supers souvenirs. Merci Stéph 😉

  5. David Von Jones
    | Répondre

    Superbe report merci monsieur ZoZ

Commentaires du site