Lofofora et CoredumP à la Cave à Musique de Mâcon

Posté dans : Concerts & Festivals 0

Petit retour en arrière et coup de projecteur sur cette soirée explosive du 10 avril dernier à la Cave à Musique avec CoredumP et Lofofora. La scène métal/hardcore française se porte à merveille et loin de nous l’idée de nous en plaindre.

Il est vrai qu’à l’annonce de cette affiche, je sautillais déjà avec un plaisir non dissimulé à l’idée de retrouver deux groupes d’amis ensemble sur la même scène. Savoir que cela allait se passer à la Cave à Musique et que Lofofora allait en profiter pour enregistrer son prochain Live, dont la sortie est prévue mi-septembre 2015, ne pouvant rajouter qu’une bonne dose d’impatience. Tant d’excitation a été largement récompensée, car les copains ont envoyé du bois, de la bonne grosse bûche pour un feu de joie bien punk.

Les Mâconnais de CoredumP ont ouvert la soirée avec une rare énergie. Il faut dire que le groupe réalisait un de ses rêves en assurant la première partie de Lofofora, sans doute une de leurs influences. Les régionaux de l’étape développent un hardcore des plus efficaces et de grande classe, le tout chanté en français et parfaitement maîtrisé. Max au chant est un fou furieux hypnotique et charismatique sur scène, un amour en dehors. C’est toute cette dualité qui fait sans doute une des forces du groupe composé de musiciens carrés, énergiques, mais sensibles. On a des choses à dire, voire à crier, le monde mérite parfois une bonne gifle, on balance sa haine sur certains sujets dérangeants et terriblement d’actualité, mais avec sincérité, bienveillance et ça fait le plus grand bien.

Du côté de Lofofora, le fond et la forme, comme d’habitude, hein ! Pas de demi-mesure non plus ici, Reuno a bien des choses à revendiquer aussi. En véritable poète urbain, il manie les mots avec aisance et magnificence. Entre métal, punk, hardcore et fusion, la musique de Lofofora a toujours été à part dans le paysage du rock français, plus de 25 ans que ça dure. Un quart de siècle de résistance et de dénonciation d’une société bourrée d’aberrations et que nous cautionnons trop souvent de par nos silences. Les gars ont toujours le même feu qui les anime, la même verve, la même rage. Reuno te capte d’un regard et tu comprends alors toute l’intensité de ses mots.

À l’occasion de cette soirée, le groupe enregistrait donc son futur album live, comme à Dijon le lendemain. Autant dire que ça n’a pas fait semblant ! Déjà en grande forme sur cette tournée, Lofofora n’a pas pris les formes pour retourner la Cave à Musique ! Que du bonheur donc… Même si Reuno a dû interpeller deux spectateurs et remettre de l’ordre là où la bêtise et l’agressivité ont pris la place du respect et de la bonne humeur. Rien de très grave en soi, mais de quoi interrompre quelques instants le concert, Reuno faisant couper volontairement la musique le tant de proposer aux deux énervés de se détendre ou alors, de monter un ring devant la scène pour que tout le monde en profite. L’incident assez rapidement clos, le concert a repris de plus belle et restera un moment mémorable que nous aurons tous plaisir à retrouver sur galette cet automne.

Bref, une excellente soirée dans l’ensemble, avec deux groupes faits pour s’entendre, tant de par leur musique que par leur état d’esprit. Je vous laisse maintenant avec quelques clichés… À vos partages !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Pour cette première édition, l'association Sounds Like Hell Productions a tapé très fort en nous proposant un plateau de 5 groupes de qualité et, notamment, les mythiques Sick of it All. Souvenirs...
Pour ses 20 ans, le Moulin de l’étang de Billom a offert une très belle soirée à son public. Naouack et Opium du Peuple ont donné toute leur énergie à la fête.
Du Capitole à la capitale, il n'y a qu'un pas de toulousain, l'énergie d'une musique électro métal singulière, la force des convictions et une furieuse envie de retourner une nouvelle fois le Divan du Monde. Pari tenu.
Un début de printemps résolument orienté métal au Ninaksi Kao qui, après Moonspell et Septicflesh, accueillait Profane Omen, Hatesphere et Finntroll le 26 mars. Une soirée explosive produite par l'association Mediatone.

Laissez un commentaire !