ZZ Top: des Texans au festival des Nuits de Fourvière

Posté dans : Concerts & Festivals 1

Ce dimanche 29 juin, tout proche de la Basilique dédiée à Sainte Marie, les légendaires rockers texans de ZZ Top sont venus défier les dieux romains dans la grande arène des théâtres antiques de Fourvière.

Le public lyonnais attendait cet évènement immanquable avec un enthousiasme certain. Cette nuit de Fourvière affiche complet depuis longtemps, impatience et excitation se font ressentir dans l’enceinte romaine. La moyenne d’âge est assez élevée mais ZZ Top touche quand même un large public du haut de ses 44 ans de carrière. 15 albums et de nombreux tubes, ça force le respect et, que le spectateur ait 20 ans ou plus de 60, l’estime portée au groupe semble la même, l’émotion aussi.

Cela dit, il faut patienter encore un peu avant d’admirer les plus célèbres barbus du rock.
D’abord, se prêter au traditionnel jeu de l’équipe du festival interpellant le public à pleine voix, le faisant lever et se serrer vers son aimable voisin pour gagner quelques précieuses places. Ensuite, accueillir sur scène une bonne partie des intermittents oeuvrant pour le bon déroulement des spectacles de Fourvière, entendre et soutenir leur juste combat pour ce statut mis en danger actuellement mais aussi pour leur lutte contre toutes formes de précarité. L’intervenant est clair, nous sommes tous concernés au delà du monde du spectacle, à terme, nous risquons tous de devenir des intermittents du travail. Le discours touche le public qui applaudit alors de façon appuyée ces travailleurs passionnés grâce à qui il vont pouvoir apprécier le concert.

Ça y est, 20h30 précise, les gladiateurs peuvent entrer dans l’arène !
Ben Miller Band était donc l’invité de ZZ Top pour ouvrir cette soirée si attendue. Le trio originaire de Joplin dans le Missouri (à 160 miles de Kansas City), distille un blues mêlant parfaitement inspirations et instruments traditionnels comme modernes. De la contrebassine à la washboard ou aux cuillères amplifiées et aux multiples effets, de la guitare folk au vieux téléphone en guise de micro, des jeans, chemises à carreaux et bretelles aux cheveux crêtés, le groupe est aussi surprenant que ses compositions. Une chose est certaine, les 40 minutes de son concert sont passées beaucoup trop vite et Ben Miller Band a reçu un très bel accueil du public, plusieurs fois ovationné et même une demande de rappel! Hélas, le temps est compté et il faut céder la place aux lions. Les spectateurs auront cependant la joie de retrouver les trois musiciens en fin de soirée, non loin du stand de merchandising, sous un lampadaire, pour une séance de dédicaces des plus sympathiques et décontractées. Ben Miller a gagné de nombreux fans ce dimanche soir, c’est certain !

20 minutes plus tard, la scène s’assombrit de nouveau et les deux écrans encadrant l’impressionnante batterie de Franck Beard diffusent alors la bande annonce d’un film. Difficile à dire si cette une parodie ou une réelle publicité mais cela jette comme un léger froid dans le public qui semble mal percevoir la chose. Tout de suite après, avec notamment une intro façon « THX Dolby Digital », l’ambiance cinéma reste présente et le titre du film du soir annoncé: « La Futura ». À part la batterie monumentale avec ses doubles grosses caisses, nombreux futs, cymbales et autres objets décoratifs, la présence de ces deux écrans sur les côtés seront les seuls effets du concert. Pas de show à l’américaine donc, ZZ Top n’en a sans doute plus besoin et joue dorénavant dans la sobriété mais avec grande classe.

Évidemment, le trio texan nous a servi son meilleur cru, alignant les incontournables comme « Got me under pressure », « Gimme all your lovin » ou « Legs », quelques reprises dont la superbe « Foxy Lady » de Jimi Hendrix, sans oublier le dernier album sorti en 2012. L’ambiance est excellente, même si le public semble plus être dans une écoute attentive et respectueuse. Au final, le seul véritable coup d’éclat de la foule viendra lors du rappel avec le mythique « La Grange ». La carrière d’un groupe, tout aussi légendaire soit-il, semble parfois se résumer en un seul titre, comme si les spectateurs n’attendaient et ne voulaient ou ne connaissaient réellement que celui-ci. Dès les premières notes, l’ambiance n’a rien à voir avec le reste du concert, le public s’enflamme, cri, saute, lève les bras et gesticule en tous sens. C’est malgré tout beau à voir, même si Billy Gibbons et sa bande auraient certainement préféré une telle ferveur pendant l’ensemble du spectacle. Pour ma part, ce fut l’occasion de manquer ma meilleure photo du concert. Dans les temps, bien cadrée, bonne mise au point, belles expressions mais aussi un énorme bras, resté calme jusqu’à lors et venant s’inviter juste au moment du déclenchement (vous la retrouvez à côté de la setlist et en fin de sélection en format carré). Pour le coup, ZZ Top a joué une version plutôt écourtée de « La Grange », la mêlant à « Sloppy Drunk Jam ». Après seulement 1h10 de concert et 10 minutes de rappel, le groupe salue et quitte la scène. Sous l’insistance du public, il reviendra une dernière fois avec la célèbre reprise d’Elvis Presley, « Jailhouse Rock ».

Bref, tout juste 1h25 de concert, ça reste un peu court mais il est vrai que c’est le standard américain. Le plus dur reste sans doute le tarif un peu élevé à 51 € mais, aux vues des sourires, le public a passé une excellente soirée, tout comme moi. Cela dit, je pense que pas grand monde viendra me contredire sur un point: le véritable évènement de cette nuit de Fourvière, c’était bel et bien Ben Miller Band! Bravo, quelle claque!
Je vous laisse les découvrir en vidéo à la fin de cet article et surveiller leurs prochaines dates de concerts.

En attendant de toutes prochaines aventures aux Nuits de Fourvière, je vous laisse partager et apprécier cet article et mes quelques clichés.

ZZ Top: des Texans au festival des Nuits de Fourvière
SETLIST ZZ TOP:

  1. Got Me Under Pressure
  2. Waitin’ for the Bus
  3. Jesus Just Left Chicago
  4. Gimme All Your Lovin’
  5. I’m Bad, I’m Nationwide
  6. Pincushion
  7. I Gotsta Get Paid
  8. Flyin’ High
  9. Foxy Lady (The Jimi Hendrix Experience)
  10. Catfish Blues (Muddy Waters)
  11. Cheap Sunglasses
  12. My Head’s in Mississippi
  13. Chartreuse
  14. Sharp Dressed Man
  15. Legs[RAPPEL]
  16. Tube Snake Boogie
  17. La Grange / Sloppy Drunk Jam
  18. Tush[RAPPEL 2]
  19. Jailhouse Rock (Elvis Presley)

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

C'est une bien belle soirée que nous a proposé Labyrinthe Tour. La jeune structure de production a investi le CCO de Villeurbanne pour accueillir Ina-Ich, Locked in Syndrom, RAB et Sidilarsen.
Nous étions nombreux à trépigner, autant d’impatience que d’excitation, à l’idée de retrouver Shaka Ponk en concert. Marseille sait qu’une horde de monkeys peut mettre le feu au Dôme, comme une sardine boucha son vieux port. Nulle fanfaronnade, les Massaliotes en furent témoins. Retour sur cette détonante soirée…
Il y a des personnages incroyables au parcours des plus atypiques, des artistes naviguant bien loin de la sphère des mass-médias et pourtant, d'un génie créatif indéniable. Lydia Lunch en fait partie.
Chacun de leurs passages laisse une trace et, encore une fois, la terre a tremblé en Auvergne. Shaka Ponk a réveillé le volcan qui sommeillait en plus de 8000 clermontois le temps d'une soirée explosive.

  1. Célia Myc Lachaize
    | Répondre

    Magic !!!

Laissez un commentaire !