Du côté de Fourvière…

Posté dans : Architecture & Paysages 4

La ville des lumières compte bien des histoires et nombre d’entre elles nous ramènent à ses hauteurs, du côté de Fourvière.

Évidemment, il y a eu l’épopée romaine, l’Empire antique y construit théâtres et forums où il est encore possible d’apprécier divers spectacles et concerts de nos jours, notamment avec le festival des « Nuits de Fourvière ». C’est aussi un haut lieu religieux, cher aux lyonnais qui, à plusieurs reprises sont venus demander grâce à l’Immaculée Conception, Marie la bienveillante, sainte protectrice de la ville. La mère du Christ est depuis très longtemps présente dans le coeur des habitants; épargnés de la peste en 1643, suite à une offrande à Notre Dame de Fourvière et la décision du prévôt des marchands et de ses échevins de mettre sous sa protection la population. Vingt jours plus tard, l’épidémie cessait et Lyon ne fut plus jamais touchée par la terrible maladie. Autre exemple, lors de la guerre entre la France et la Prusse en 1870, les lyonnais des plus inquiets face à l’invasion Prusse qui était alors aux portes de Dijon, demandèrent à Monseigneur Ginoulhiac d’exprimer un voeu à Notre Dame de Fourvière pour éviter l’occupation de la ville. Ils s’engagent dès lors à construire une église dédiée à Marie si leur voeu est entendu. Il le sera et les habitants vont donc s’unir pour permettre la réalisation de la future basilique, entièrement financée par leurs dons, un édifice qui sera construit en une douzaine d’années, entre décembre 1872 et juin 1884.

De mon côté, j’étais en ballade avec deux amies, Lynn et Ombline, dans le but d’une petite séance improvisée non loin de là, aux théâtres antiques. Toujours à la recherche de nouveaux points de vue ou décors pour nos photographies, nous nous sommes donc rendus sur le parvis de la basilique. De là, l’idée de continuer cette séance a vite été oubliée et nous voilà en pleine visite du monument. L’intérieur est grandiose et permet d’autant plus de comprendre et d’apprécier l’amour que peuvent porter les lyonnais à Sainte Marie. Impressionnant. En pleine admiration de l’ouvrage, un prêtre nous repère et vient à notre rencontre, le Père Laurent. Il nous raconte alors l’histoire et des anecdotes de Fourvière, nous parle de Marie, traduit quelques fresques en latin et partage sa foi avec simplicité et ferveur. Intrigué par mon appareillage photographique, nous échangeons un peu sur la question et il m’invite alors à ne pas hésiter à prendre quelques clichés. Il me donne enfin son adresse mail pour que je puisse lui transmettre le fruit de cette rencontre et nous laisse à nos errances.

C’est donc cette petite histoire que je voulais partager avec vous. Croyant ou non, peu importe, la beauté du lieu ne peut laisser indifférent. Si je suis forcément de culture catholique de part mon éducation, mes croyances ne trouvent aucune racine dans la religion, quelle qu’elle soit. Cependant, alors que l’année 2013 commençait de la manière la plus bouleversante pour moi, j’avoue que c’est vers Marie que je me suis tourné pour lui réclamer sa bienveillance. Quelques temps plus tard, c’est à Lyon qu’elle semble m’avoir guidé. Ici, au pied de Fourvière, j’ai trouvé bonheur et plénitude, simplement, loin des tourmentes et des anges déchus.

Il y a des collines où est inscrit en grandes lettres « Hollywood », ici, c’est « Merci Marie ».

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Le photographe écrit et transmet la lumière en lui apportant le meilleur de lui-même, son amour. Je vous souhaite beaucoup d'amour et de lumière.
Au détour d'un week-end dans la chaleureuse Massilia, je vous ai rapporté quelques cartes postales maritimes, des panoramas aux allures de tableautins...
Pour cette édition 2016 de la Fête des Lumières, j'ai tenu à mettre en avant le superbe mapping de Yann Nguema sur la cathédrale Saint-Jean: "Évolutions".
Depuis le pays du Mont-Blanc, entre racines et sommets, prendre de la hauteur et ramener quelques cartes postales, des images éternelles en souhaitant que les neiges du Géant des Alpes le restent tout autant. Une belle occasion pour vous faire part de mes vœux.

4 Responses

  1. Cha Multimt
    | Répondre

    Impressionnant ce que tu arrives à rendre comme couleurs … Je suis en ce moment à Rome et je galère vraiment pour arriver à prendre des photos ne serais ce que potable dans les (trop nombreuses) églises – à mon échelle avec mon peutit appareil 🙂 ^^Vraiment incroyable, chouette travail comme toujours ! Mais pour le coup tu rends vraiment grace au sujet ! « Grande’ !

    • Stéphane Zoz
      | Répondre

      Merci Cha!
      La magie du traitement, la patience et l’expérience… L’appareil ne fait pas tout. 😉
      Profite bien de Rome et de ses monuments en tous cas!

  2. Carole Marion
    | Répondre

    SPLENDIDE!!!
    Ces clichés sont à couper le souffle.
    Merci zOz.

Laissez un commentaire !