NNY festival : Burn_in-out_man, Ubikar et Hint en concert à Ursa Minor

Posté dans : Concerts & Festivals 0

Il y a des lieux, des évènements atypiques, précieux pour la diversité culturelle et la diffusion de la scène alternative. Le NNY festival à Saint-Étienne est un rendez-vous rare pour découvrir des artistes de qualité, le plus souvent boudés par les médias et les institutions. Retour sur une de ces soirées hors normes, avec les concerts de Hint, Ubikar et Burn_in-out_man.

No Name Yet festival

Peu importe son nom, ce qui compte, ce sont les actes. Le NNY, No Name Yet, « festival since pas longtemps », présentait sa seconde édition en décembre dernier. L’occasion, pendant 6 jours, de mettre en avant des artistes venus d’univers  indépendants autour de la Noise, du Rock, de l’expérimental, du Punk, de la Transe, etc. Le festival investit pour cela trois lieux culturels autogérés dans le quartier Bellevue de Saint-Étienne, Ursa Minor, Gran Lux et la Gueule Noire, mais aussi un bar à l’esprit décalé, le Lobster Club. La ville industrielle semble toujours aussi dynamique et engagée culturellement. Elle n’a aucunement à rougir face aux grandes villes lorsqu’il s’agit de défendre et promouvoir l’émergence d’une autre vision de l’art, de sortir de sentiers battus. Au contraire, ces lieux sont devenus bien trop rares ailleurs. Avec Arnaud du groupe Hint, nous sommes tombés sous le charme de l’Ursa Minor qui nous accueillait le soir du 7 décembre: « Ça fait longtemps, on a plus l’habitude de ce genre de lieux ». Hélas. Il est vrai que le lieu rappelle les grandes heures du milieu alternatif, entre la fin des années 80 et le début des « nineties », avant l’apparition des SMAC aseptisées.

Il est des plus heureux de voir que la résistance reprend le maquis face l’institutionnalisation et à la récupération mercantile de masse. Saint-Étienne est sans doute une de ces villes les plus créatives en France, à l’avant-garde d’une culture trop souvent muselée ou policée pour répondre à des standards politico-commerciaux si éloignés de toute considération artistique. Et ça fait le plus grand bien !

Ursa Minor, brasseur artistique

À l’extérieur, le lieu ne paye pas de mine. C’est une ancienne brasserie de la fin du XIXe siècle aux allures industrielles, le site Mosser. L’endroit est autogéré par trois associations, Greenhouse, Gran Lux et Ursa Minor qui l’ont reconverti en espaces de création et de diffusion artistique. À l’intérieur, les murs sont en béton brut, la décoration minimaliste, loin des paillettes des lieux tendance des centres-villes. À côté de l’entrée et sa grande porte métallique, une longue table avec une boîte pour accueillir les participations libres pour l’adhésion à l’association et la modique participation aux frais de la soirée. L’équipe de bénévoles est souriante, décontractée et annonce une soirée des plus agréable. Le mobilier est récupéré ici et là, dans la salle du bar, une vielle borne arcade siège même à côté d’un babyfoot, tous deux à disposition gracieuse du public. Un stand de restauration propose de la cuisine maison, notamment végane, très bonne et toujours à prix libre. Une troisième salle accueille les concerts, de taille assez modeste, assez sombre, mais bien équipée pour diffuser du gros son. Les températures sont un peu fraîches, le bâtiment n’est pas vraiment isolé et le NNY festival annonce les dernières soirées avant la trêve hivernale. Le lieu ne rouvrira pas avant début mars, après les grands froids et lorsque les canalisations auront dégelé. Pour autant, l’ambiance est aussi conviviale que chaleureuse. On se sent vraiment bien à Ursa Minor.

Les concerts de Burn_in-out_man, Ubikar et Hint

Burn_in-out_man est un duo stéphanois de musique expérimentale tournant autour d’improvisations et performances entre batterie et machines. L’esprit est résolument électro et le jeune projet semble assez prometteur. Le duo a réussi à convaincre le public et ouvert dignement la soirée. De son côté, Ubikar est un groupe lyonnais au projet plutôt hybride, entre dub électro et rock puissant. Le trio basse/guitare, machines et batterie délivre un son organique, boosté aux infra basses rappelant parfois l’énergie et la fusion de la désormais mythique « colision » entre EZ3kiel et Hint. Sur leur dernier album, Ubikar a collaboré avec plusieurs artistes de qualité, dont le renommé rappeur sud-africain, Ben Sharpa. Autant vous dire que ça claque sévère et qu’il vous faut découvrir de toute urgence ce superbe projet !

Quel plaisir aussi de retrouver les amis Arnaud et Hervé de Hint. Le duo angevin fondé en 1994 produit une musique entre expérimentations aux ambiances cinématographiques et aériennes, rock alternatif, noise et industriel. Les guitares sont torturées à grands coups d’effets multiples, le saxophone hurle, bruitages et samples viennent compléter cette ambiance parfois dissonante, mais toujours harmonieuse. Dans les années 90, le son de Hint était avant-gardiste, il est devenu culte aujourd’hui et inspire nombre d’artistes. La dernière venue du groupe à Saint-Étienne datait d’une quinzaine d’années et les deux compères se faisaient une joie de revenir par là. Les organisateurs et le public ont été tout autant ravis. Pour autant, le concert n’a pas été des plus paisible pour Hint. Le froid a vraisemblablement eu quelques incidences sur le matériel, notamment informatique du duo qui devra rebondir à plusieurs reprises sur ces aléas du direct. Qu’à cela ne tienne, il en faut bien plus pour décourager et perturber Arnaud et Hervé qui nous ont offert une excellente prestation malgré tout. Le lendemain, Hint reprenait la route vers les montagnes suisses qui allaient leur réserver quelques surprises encore. Heureusement, Ugo qui les accompagne fidèlement assure la conduite sur la neige et l’installation des chaînes.

Enfin, cette soirée fut l’occasion d’avoir la confirmation par Arnaud du retour tant attendu d’un de ses autres groupes: La Phaze ! Les premiers concerts sont annoncés pour l’été. En attendant, il travaille aussi sur ses autres remarquables projets, Atonalist et Dead Hippies.

Je vous laisse avec mes clichés de cette soirée et découvrir deux vidéos, dont celle d’Ubikar avec Ben Sherpa. Partagez à volonté !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Sous les feux et au son d'EZ3kiel, il a fait une chaleur ardente en cette fin février, comme un incroyable microclimat tropical sur Bourg-en-Bresse qui a enfiévré la Tannerie.
Il y a des reformations plus ou moins heureuses, celles que nous attendions, que nous rêvions secrètement et les autres que nous préfèrerions oublier. Tu vois, le monde se divise en deux catégories... Lors de son passage à Mâcon, Hint a confirmé que son pistolet est bien chargé et que le duo fait fort bien de remonter en selle.
En cette fin d'été et de saison des festivals, c'est l'occasion de mettre à l'honneur un de mes favoris. À Cluses, Musiques en stock est un festival éco-citoyen, éclectique, familial, de qualité, sans compromis et gratuit !
Industriel, Noise et Stoner étaient à l’honneur ce samedi 14 mai 2016 à Genève dans le lieu mythique qu’est l’Usine, sous l’invitation de l’association Post Tenebras Rock. Retour sur ces concerts de Hint, Schwartz et Dog Days.

Laissez un commentaire !