Daran préfère le Marché Gare

Posté dans : Concerts & Festivals 2

Il y a des artistes discrets dont le nom nous interpelle sans forcément savoir pourquoi, des chansons incontournables mais dont on ne sait plus qui en est l’auteur. Pourtant, ils sont souvent d’une rare qualité, d’une extrême sensibilité. Daran en est un exemple parmi tant d’autres et il était au Marché Gare à Lyon, le 13 mars 2014.

Un rendez-vous intimiste, en toute simplicité dans cette salle d’une capacité de 350 places qui, pour l’occasion, était rempli aux deux tiers. Une chose est certaine, les personnes présentes étaient impatientes de retrouver celui qui « préfère dormir dehors », des fans de longue date pour la plupart.

En première partie, un jeune artiste lyonnais que j’ai déjà eu l’occasion de vous présenter ici et Mathis. Pour lui, c’est une belle ascension qui continue et, surtout, comme un de ses rêves d’adolescent qui se réalise car il ne cache pas sa joie et l’honneur qu’il éprouve à ouvrir pour l’une de ses influences. Seul avec sa guitare et en acoustique, Mathis est revenu aux origines même de sa musique, loin de l’énergie pop-rock qui se dégageaient lors de ses derniers concerts en groupe. Sans doute un peu intimidé en montant sur scène, le lyonnais a vite trouvé ses marques et le public a adhéré sans peine à ses compositions, a apprécié et salué dignement l’univers du musicien. À suivre…

Trente minutes plus tard, il était temps alors de laisser la place à Daran, Jean-Jacques pour les intimes ou les fans qui ont pris l’habitude de se déplacer à chaque nouvelle occasion de le voir sur une scène française. Il faut dire qu’il est peut-être un peu moins présent depuis qu’il s’est installé au Québec, en 2010. Certains d’entre vous se demandent sans doute qui est Daran mais pourtant, au delà de son premier grand succès, « Dormir dehors » en 1995, il a su convaincre de sa plume et de ses compositions nombre d’artistes, de Maurane à Jane Birkin, de Florent Pagny à Johnny Hallyday, en passant par Sylvie Vartan ou Michel Sardou. Allez, je vous vois venir… Bien joli tout ce beau monde de la variété mais tu n’es pas plutôt branché rock habituellement, zOz ? Ne vous y trompez pas, il y a chez Daran un véritable esprit rock et il ne manquait pas d’énergie sur scène.

En tous cas, la sincérité et la simplicité de cet auteur-compositeur-interprète sont des plus appréciables. L’homme ne se prend pas la tête, généreux et humble, il aime son public avec qui il reste proche. Ses textes révèlent une profonde sensibilité et une écriture d’une rare qualité. Musicalement, ses influences blues-rock sont toujours très présentes, c’est un excellent musicien qui sait aussi très bien s’entourer.
1h45 d’un concert touchant où il y a eu de nombreux moments de sourires, Daran ne manque pas d’humour et d’auto-dérision mais aussi, je dois l’avouer, quelques instants où il a su m’arracher des larmes. Ce fut en effet le cas avec ce superbe morceau, « Une sorte d’église », figurant sur son cinquième album sorti en 2003 (Pêcheur de pierres). Une très belle déclaration d’amour, interprétée avec beaucoup de sensibilité, que je dédie à ma douce Océanne.

Je n’en vous dirai pas plus, si vous connaissez Daran, vous savez ce qu’il en est et pourquoi cet homme est attachant. Si vous ne le connaissez pas encore, alors, je vous laisse quelques photos du concert, deux vidéos et vous invite à vous laisser emporter par votre curiosité. En tous cas, le meilleur endroit pour faire connaissance avec un artiste comme Daran restera la scène.

Aimez, commentez, partagez à volonté !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Travailler sur le book d'un artiste, chanteur, acteur, comédien, musicien, danseur, est toujours agréable. C'est d'abord une rencontre, un échange humain et sensible, le croisement entre deux univers.
Il arrive souvent d'être surpris, parfois même au delà de ce que nous pourrions imaginer et, plus rarement, que l'invité de première partie bouscule l'ordre des choses. Mathis l'a encore prouvé...
Ce haut lieu activiste qu'est le Kraspek Myzik à Lyon propose, chaque année depuis 2009, un tremplin ouvert aux auteurs-compositeurs-interprètes féminins de la région. 6 groupes en demies-finales.
Chaque groupe a une affinité particulière, des aventures hors du commun avec certaines villes. La capitale des Gaules, ville des Lumières, est sans doute une d'entre elles pour Shaka Ponk. Le 30 octobre 2014, les lyonnais l'ont encore démontré à la Halle Tony Garnier.

2 Responses

  1. Mathis Acp
    | Répondre

    merci pour ce bel article ! Ce fut une excellente soirée, un rêve de voir Daran en concert, et d’avoir le privilège d’ouvrir la soirée pour lui.
    Un bonheur également de le cotoyer backstage : un homme simple et sympathique. La classe.

  2. M Deux Ailes
    | Répondre

     » Il faut dire qu’il est peut-être un peu moins présent depuis qu’il s’est installé au Québec, en 2010  » ???? Je ne partage pas cet avis … !

Laissez un commentaire !