Sidilarsen et Ina-Ich au CCO

Posté dans : Concerts & Festivals 1

C’est une bien belle soirée que nous a proposé Labyrinthe Tour. La jeune structure de production a investi le CCO de Villeurbanne pour accueillir Ina-IchLocked in SyndromRAB et Sidilarsen.

Si le programme fut de qualité, certains choix étaient sans doute un peu déroutants. Le CCO n’est pas une salle évidente, si sa capacité est adaptée (400 places environ), les problèmes de voisinage limitent considérablement le lieu depuis quelques années. Pendant quelques temps, il a fallu mettre en place un limiteur de son tellement restrictif que plus grand monde ne voulait y jouer de peur d’entendre plus le public parler que les musiciens et leurs amplis. Depuis, le limiteur a disparu mais il faut respecter des horaires très strictes; à 23h30, tout doit être bouclé.

Ainsi, programmer 4 groupes dans la même soirée fait preuve d’une certaine gourmandise, voire, une boulimie déraisonnable. Il faut commencer tôt, trop tôt même pour un vendredi. L’évènement Facebook annonçait 20h, ce qui correspond habituellement à l’ouverture des portes mais, hélas, pour cette soirée, c’est bien de l’heure du premier concert dont il s’agissait. Autre surprise, Ina-Ich était programmée en premier. Venant tout juste de terminer une résidence au Transbordeur, l’artiste présentait plus un « show case » qu’un véritable concert mais, cependant, aux vues de sa réputation et de ses nombreux fans, elle méritait de jouer un peu plus tard, juste avant Sidilarsen. Et puis, c’est sans compter que, finalement, son entrée en scène fut à 19h50, avant même l’horaire annoncé. Dommage car elle s’est produite devant assez peu de personnes. Enfin, toujours concernant l’organisation, beaucoup ont regretté un tarif un peu élevé à 22 €. Sans doute aurait-il été préférable de ne pas dépasser les 18 €.

Quelques erreurs donc, en tous cas à mon sens et de l’avis de plusieurs personnes mais c’est comme ça qu’on apprend et ça n’enlève rien à la bonne volonté de Labyrinthe Tour et à la qualité de la soirée. Ainsi, parlons peu mais parlons bien de ces quatre groupes.

Ina-Ich est une artiste de caractère et de grand talent. Après deux albums remarqués et remarquables, la belle Kim prépare son nouvel opus avec Brad Thomas Ackley (guitariste de -M-) et Aurélien Clair à la batterie. Que vous dire à part que j’aime la grande énergie que dégage cette artiste et ses compositions? Son concert a été bien trop court, nous laissant sur notre faim. Les nouvelles chansons déboîtent et promettent un excellent troisième album. À surveiller de très près et puis, pour les fans de Shaka Ponk, vous retrouverez Ina-Ich en première partie sur au moins trois dates.

Locked in Syndrom est un groupe bourguignon familial, deux frères et leur soeur forment la bande, rejoins par un bassiste. Il y a dans ce projet de bonnes ondes, les musiciens se font plaisir et la complicité est palpable sur scène. Côté compositions, difficile de définir véritablement leur musique. On oscille ente rock puissant, métal mélodique et diverses inspirations se font ressentir. Il y a en tout cas un beau projet à qui on ne peut que souhaiter le meilleur à venir.

Sidilarsen, est-il encore nécessaire de présenter ce groupe toulousain d’electro-métal-dancefloor? Plus de 17 ans que la troupe s’aventure sur les routes de France et d’Europe. 5 albums, 5 claques ! Ça chante en français, et les textes ont du sens, ça sonne, ça envoie et ça fait « boum-boum » ! Le son Sidi est incomparable, terriblement efficace et fédérateur. Si le groupe n’a jamais été très présent dans les sphères médiatiques, il dispose d’une fan-base impressionnante et des plus fidèles. Il faut dire que, autant musicalement qu’humainement, Sidilarsen ne peut pas laisser indifférent. Sans aucun doute un de meilleurs groupes de métal français et, surtout, si vous n’aimez habituellement pas ce genre de musique, je peux vous garantir que vous allez vibrer au son Sidi !

Enfin, un peu de RAB. Les lyonnais qui montent et qui méritent amplement de monter bien plus encore. RAB, c’est une sorte de Retour Aux Bases du Rock A Burnes avec des Riffs Assez Basiques et une bonne dose de Rien À Branler! Voilà comment résumer au mieux la philosophie et la musique de cet excellent groupe. RAB envoie du très gros son, du pur rock bourré d’énergie et le tout avec auto-dérision. Pas moyen qu’ils prennent la grosse tête, ils s’amusent beaucoup trop pour cela et, pourtant, les nombreuses qualités de RAB auraient mis un sacré melon à plus d’un groupe. Retenez bien ce nom et ne loupez pas leur prochain concert !

Allez, j’en ai assez dit, je vous laisse avec mes photos et quelques vidéos. J’espère vous avoir donné envie d’en savoir plus sur ces groupes, vous voir prochainement à l’un de leurs concerts. En attendant, partagez sans modération !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Zombie Rockerz Party à Château Rouge

Une horde de zombies a pris d'assaut Château Rouge. Dintjan Cabaret Club, Sidilarsen, Punish Yourself, Docteur Mozz, Le Catcheur, La Pute & Le Dealer, armés de bonnes intentions et de riffs puissants, ils ont semé le rock à l'état brut en Annemasse durant toute une soirée.

7 Weeks et Triggerfinger: Stoner au Kao!

Dans le cadre de son festival "Just Rock?", l'association lyonnaise Mediatone a rendu complètement stoner le Ninkasi Kao, avec 7 Weeks et Triggerfinger, le 8 octobre 2014.

2016 : Depuis le pays du Mont-Blanc...

Depuis le pays du Mont-Blanc, entre racines et sommets, prendre de la hauteur et ramener quelques cartes postales, des images éternelles en souhaitant que les neiges du Géant des Alpes le restent tout autant. Une belle occasion pour vous faire part de mes vœux.

Shaka Ponk à Marseille: le tonnerre au delà du Dôme!

Massilia est sans aucun doute une ville à part, tout comme Shaka Ponk est un groupe hors norme. Lorsque le public marseillais rencontre les célèbres Monkeys au Dôme, le tonnerre résonne bien au delà.

  1. Encore de belles photos ! Merci pour ces souvenirs !

Laissez un commentaire !