[Hellfest] Alice Cooper: le dernier showman sur Terre

Posté dans : Concerts & Festivals 0

Après le concert d’Alice Cooper à Lyon, je me suis replongé dans mes photos du Hellfest 2015 et me suis dit qu’il était temps de partager ces souvenirs.

Sans « upgrades », c’est mieux

[Hellfest] Alice Cooper: le dernier showman sur TerreAlice Cooper était donc à l’Amphi 3000 de Lyon ce vendredi 1er décembre 2017, dans le cadre de la tournée promotionnelle de son nouvel album: Paranormal. Ma place était réservée depuis des mois pour cet évènement immanquable. La billetterie ouvrait le même jour que pour le concert d’un groupe de multimillionnaires vendant des tickets à près de 100 €. Ces derniers tirant toute la toile de leur côté, je n’ai pas eu de difficulté à accéder à mon Saint Graal. 51 € en fosse et 62 € assis, ça reste quand même un peu cher, même si la salle est autrement plus agréable que la Halle Tony Garnier. Le cachet d’Alice Cooper et ses musiciens doit pouvoir faire rougir plus d’un fan, celui des différentes productions autour fleure bon les affaires. Deux semaines avant le concert, je reçois un mail de la production organisant les dates en France me faisant ce que nous devrions apparemment considérer comme une offre incroyable.

Sans doute une opportunité à laquelle aucun fan qui se respecte ne peut résister… ou pas. Le contenu de ces « upgrades » vendus en sus de votre place se passe de commentaire tellement il est grossier et devrait vous faire « rire » à sa lecture. Fort heureusement, personne n’a semblé craquer à cette superbe occasion de claquer son treizième mois en une soirée pour une rencontre aussi furtive qu’encadrée et quelques gadgets. À l’heure où ce type d’offres ultra-mercantiles fleurissent comme de la mauvaise herbe autour des « grands » artistes, il est aussi rassurant de voir le public ne pas se laisser plumer, que déprimant de se demander pourquoi ces étoiles du rock cautionnent telles mystifications. On transforme le simple petit « rêve » de nombreux fans en privilège premium pour élite soignant son image « branchée ». Pour le coup, je pense que je ne viens pas de me faire que des copains, mais eux non plus. Finalement, ce qui me choque le plus, c’est l’abus poussé à son paroxysme, à plus de 800 € la soirée. Pour le reste, chacun est libre, mais à force de nous vendre du vent, ils nous feront payer l’air que nous respirons.

La légende Alice Cooper

Pour ma part, j’avais décidé de vivre pleinement cet évènement dès son annonce. Alice Cooper a toujours tenu une place de choix dans ma discothèque. Je suis né l’année de « School’s out », le 4 février, comme un certain Vincent Furnier, ça crée des liens sans doute. Pour l’occasion, je n’ai fait aucune demande d’accréditation photo. Je tenais à profiter et à regarder le concert comme il se doit. Je l’ai déjà photographié au Hellfest, mais je n’avais pas pu apprécier le concert à sa juste valeur, entre la quête d’images et la pression incessante de la foule. Pas d’appareil cette fois, pas de téléphone, juste une bonne dose de rock et l’assurance de meilleures émotions, de plus beaux souvenirs. En fosse, avec ma douce Océanne, aux anges devant un des dieux vivants du rock’n’roll. Le spectacle est total, impressionnant, théâtral, d’une redoutable efficacité. 90 minutes défilant bien trop vite, comme si l’espace temps s’était affolé après la première partie. Deux mois avant de passer le cap des soixante-dix ans, l’artiste est en forme, fidèle à lui-même, comme immuable et intemporel. En 50 ans de carrière, Alice Cooper a toujours su très bien s’entourer et ses musiciens sont du plus haut niveau. L’attitude, le jeu, le professionnalisme, chaque membre est doté d’un charisme particulier, apporte sa touche au spectacle. Le résultat est d’une maîtrise parfaite, entre l’opéra rock, le burlesque et la prestidigitation. La magie des concerts d’Alice Cooper nous fait comprendre pourquoi il a inspiré tant d’autres artistes, de David Bowie à Marilyn Manson, en passant par Metallica ou Madonna. Sur scène, peu d’artistes du genre me provoquent tel enthousiasme, à part Rob Zombie. Parfois, je me dis qu’Alice Cooper, c’est un peu le dernier showman sur Terre.

« I’m the last man on earth and I know what it’s worth. I’m not a beggar I’m a king! Got no troubles, got no time and everything is fine, coz I’m the king of everything. It’s all mine… »

Et les photos du Hellfest

[Hellfest] Alice Cooper: le dernier showman sur TerreCette date exceptionnelle à Lyon fut donc la meilleure occasion de me motiver à traiter mes photos de son concert donné au Hellfest 2015. Enfin ! Je n’avais travaillé qu’un seul cliché à l’époque. Faute de temps, sans doute un peu frustré des conditions de plus en plus difficiles du festival pour un public toujours plus nombreux. Je ne sais pas, mais je suis content d’avoir reposé mon regard dessus et de vous présenter ce reportage photo aujourd’hui. Comme à mon habitude au Hellfest, j’ai officié depuis la foule, c’est bien plus technique, voire sportif, mais ça vous libère des contraintes des accrédités. Quitte à être frustré, autant être au cœur de l’action, là où le spectacle prend tout son sens. Ce qui me manque le plus dans une série comme celle-ci, c’est de la proximité, des portraits serrés, le détail des émotions. Je reste avant tout un portraitiste. Cependant, un accès au « PIT photo » pour une chanson en début de concert aurait été la pire punition. Vivre un festival sans pass VIP, Presse ou autres joyeusetés, ça permet aussi de bien s’amuser, de faire des rencontres improbables, parfois même Alice… ou presque. Cela dit, je pense que nous avons passé, Océanne et moi, un moment bien plus sympa avec ce fan qui faisait des merveilles que si nous avions payé pour un selfie sous haute sécurité. 😉

Allez, assez jacté comme ça. Je laisse mes clichés vous rappeler à de bons souvenirs si vous avez déjà vu Alice Cooper en concert ou vous inviter à en créer prochainement si vous n’avez pas encore eu cette chance. Faites tourner !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Quelques enragés se sont retrouvés pour rendre hommage à un des pères du punk français, Schultz de Parabellum, le temps d'un week-end inscrit dans les mémoires désormais. La première mi-temps avait lieu à l'Alhambra à Paris...
On a pas tous les jours 20 ans, mais avec Sidilarsen, la jeunesse est éternelle et son énergie, universelle. Le Bikini s’est enflammé et affichait complet.
Pour la cinquième année consécutive, je me suis rendu au désormais incontournable rendez-vous des "musiques extrêmes" en France, le Hellfest. Reportage...
Pour cette première édition, l'association Sounds Like Hell Productions a tapé très fort en nous proposant un plateau de 5 groupes de qualité et, notamment, les mythiques Sick of it All. Souvenirs...

Laissez un commentaire !