Moonspell et Septicfleh au Ninkasi Kao

Posté dans : Concerts & Festivals 0

Si les Grecs de Septicflesh ont endiablé les adeptes de métal venus en nombre au Ninkasi Kao, les Portugais de Moonspell les ont ensorcelés. Retour sur cette soirée proposée par l’association lyonnaise, Sound Like Hell Productions.

Le 23 mars dernier, la lune était à peine visible, tout juste trois jours après la nouvelle lune et donc, point de pleine lune, de loups-garous, de cérémonies sacrificielles ou tout autres idées préconçues sur ces musiques du diable dont les fans ont plus à craindre de leurs détracteurs intégristes et saccageurs au nom d’une certaine vision de la morale. Ainsi, bien loin des polémiques byzantines de quelques grenouilles de bénitier, plus de 500 métalleux s’étaient donc donné rendez-vous au Ninkasi Kao pour exalter la déesse musique et quelques instincts primaires plus que nécessaires pour tout bon fan du genre qui se respecte: head-banging, grunt, slam, pogo et autre wall of death ou cercle pit, le tout sans oublier de s’hydrater un peu avec quelques céréales brassées pour l’énergie, rien de tel pour entretenir la santé du sombre rockeur de l’extrême.

Arrivant juste au moment de l’entrée en scène de Septicflesh, le public étant déjà très dense, j’ai dû me réfugier à l’étage et prendre quelques clichés depuis un balcon bien rempli aussi, même si moins agité. Avec ces Grecs-là, on ne fait pas forcément dans la dentelle ou la musique d’éphèbe. Nous sommes plus dans du death-metal progressif symphonique bien puissant. Je dois avouer que ce n’est habituellement pas ma tasse de thé, mais la performance de Septicflesh est impressionnante et force le respect.

Viennent ensuite ceux pour qui je faisais le déplacement; les maîtres du métal gothique, à la fois sombre, lourd et intense: Moonspell. Plus dans le black métal à l’origine, le groupe a su varier ses influences, ses ambiances. Entre death-metal et métal avant-gardiste ou même atmosphérique, Moonspell a, pour moi, souvent fait figure d’OVNI dans un genre musical qui n’a pas forcément ma préférence. D’un point de vue scénique, c’est taillé dans le marbre brut, musicalement froid et divin, le tout mené par le charismatique maître de cérémonie, Fernando Ribeiro, chanteur ténébreux à faire tomber en pâmoison plus d’une demoiselle effarouchée. La Classe, la vraie, avec un grand C, j’ai envie de résumer la prestation en ce mot, voire même, de ne pas vous importuner plus longtemps. Une certitude cependant, Sounds Like Hell Productions nous a servi là une affiche de grande qualité, dans un Ninkasi Kao comble et envoûté par l’eurythmique sortilège de Moonspell.

Place à quelques clichés de cette soirée…

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Alors que Lofofora défend sur scène son dernier album depuis quelques mois déjà, j'eus enfin le privilège de les retrouver début décembre. Du coup, j'ai décidé de passer deux jours avec eux, entre Lyon et Annecy. Une bonne paire de claques en guise de séance de rattrapage!
On a pas tous les jours 20 ans, mais avec Sidilarsen, la jeunesse est éternelle et son énergie, universelle. Le Bikini s’est enflammé et affichait complet.
À l’occasion de sa venue à l’Amphi3000 de Lyon, je me suis replongé dans mes photos prises lors du Hellfest 2015. Je me suis dit qu’il était temps que je partage avec vous ces souvenirs du concert d’Alice Cooper.
Une très belle affiche pour cette édition du D-Viation festival en Albertville. ETHS, Black Bomb A, Flayed, Opium du Peuple, Tagada Jones et une douzaine de groupes régionaux ont fait trembler les montagnes savoyardes en avril dernier. Souvenirs...

Laissez un commentaire !