SATE: L’impressionnante révélation funk-rock venue du Canada

Posté dans : Concerts & Festivals 0

De passage au Jack Jack à Bron, la Canadienne Sate a fait grande impression et honneur à son nom de scène dont la traduction est « satisfaire pleinement un désir ».

Le Jack Jack, dénicheur de talents.

Le Jack Jack est une salle récente de 430 places, créée fin 2015 au sein de la MJC de Bron, à l’entrée de Lyon. Son programmateur a toujours et avant tout misé sur la découverte et la qualité, offrant aux groupes régionaux une structure d’aide, de conseil, de résidence et de diffusion artistique. Régulièrement, Rodolphe partage avec le public sa passion éclectique pour la musique, osant inviter des artistes surprenants, parfois aussi méconnus du « grand public » que talentueux, car trop oubliés des médias. La scène émergente et indépendante est une incroyable source d’inspiration, d’une richesse de créativité indéniable et le Jack Jack l’a bien compris. Pour autant, il n’est pas toujours aisé de promouvoir une programmation, si qualitative et audacieuse soit-elle, surtout dans une grande métropole comme Lyon. La communication ne trouve pas toujours son destinataire dans cette jungle urbaine de la surinformation et des réseaux sociaux. Aussi, nous avons sans doute un peu de mal à nous déplacer en dehors de la « presqu’île », de notre arrondissement ou des hauts lieux de la vie nocturne de la capitale des Gaules. Nous semblons parfois frileux, peu enclins à la découverte, lui préférant les « valeurs sûres », ces têtes d’affiche, bien souvent imposées par les maisons de production à grands renforts marketing et médiatique, à 50 € le ticket moyen. Dans ces petites salles, il nous arrive pourtant d’entendre que 10 €, c’est cher, oubliant qu’il y a trois groupes, dont un artiste international très prometteur pour lequel nous serons prêts à mettre bien plus cher dans quelque temps.

Au-delà de notre curiosité et du soutien que nous apportons à cette scène d’où émergeront les têtes d’affiches de demain, les artistes doivent s’impliquer aussi, même et surtout lorsqu’on assure la première partie. Longtemps musicien, je sais combien il peut paraître plus séduisant de jouer dans les bars pour un maigre billet et quelques bières, voire même juste pour le prestige de l’enseigne. C’est plus facile aussi, ne payant que ses consommations, le public vient plus volontiers et les copains sont là pour chauffer l’ambiance. Pour autant, ces structures commerciales où tout le monde joue n’apportent qu’une petite ligne sur un CV dont le programmateur ou producteur attendra surtout des dates clés comme celles que nous propose régulièrement le Jack Jack. Il est donc primordial de promouvoir et soutenir ces lieux associatifs, indépendants dans leurs choix culturels, offrant de réelles conditions techniques et des perspectives. À moins d’apprécier les répétitions devant 25 personnes ou l’ivresse de l’éphémère… Le Jack Jack est un lieu qui mérite l’intérêt et dont nous devrions mettre la page programmation dans nos favoris de navigateur internet. De Last Train à BirdPen, en passant par le « Warm up ride » du Hellfest 2017, l’agenda réserve régulièrement de belles surprises et laisse toujours la part belle à la scène régionale. En ce vendredi soir bien trop calme, le Jack Jack nous a cependant servi un beau plateau et une artiste canadienne de premier choix.

Ashkey et The Wild Sons, les premières parties.

Les deux guitaristes lyonnais d’Ashkey proposent un Indie Rock expérimental, aux sonorités parfois Noise ou bien encore Post Rock, dans une ambiance intimiste. On peut retrouver quelques influences dans ce duo, notamment dans les années 90, comme PJ Harvey, Shannon Wright ou Sonic Youth. Hélène et Mathieu ont récemment été repérés lors du tremplin « Et en plus elles chantent », obtenant le Prix du Live et le Prix Composition SACEM. Le projet évolue et ce fut la dernière occasion de le voir se produire dans cette configuration, un bassiste et un batteur rejoignant le collectif pour de prochaines aventures. Si les bases sont des plus intéressantes et marquées d’une réelle personnalité, Ashkey est encore un peu trop réservé, mais nul doute que la formation en quatuor amènera l’ouverture et le souffle nécessaire pour que les sombres et sensibles compositions du groupe prennent tout leur sens et le corps qu’elles méritent.

Du côté de The Wild Sons, le quintet puise plutôt dans le rock des sixties et le psychédélique tout en y apportant un son et une dynamique actuelle. Forcément teinté de blues, l’univers musical du groupe est plutôt bien maîtrisé et équilibré, même s’il n’apporte pas de radicale nouveauté au genre, il est efficace. Le groupe lyonnais semble vouloir en découdre sur scène, il lui faudra aussi s’affirmer tout en gardant la tête froide. En tout cas, The Wild Sons a du potentiel, reste à transformer l’essai, comme on crie au LOU.

L’explosive Sate !

Dès le premier accord, la rondeur et la puissance du son nous indique que nous sommes passés à la classe supérieure. Ça claque, ça groove, ça accroche. Un mélange bien senti et fusionnel entre la Funk et le Rock pur et dur, un Rytm’n’Blues puissant aux allures Punk. Sate, c’est un croisement entre Tina Turner dans le Dôme du Tonnerre de Mad Max et Skin, la diva de Skunk Anansie. Une présence, un charisme à la fois impressionnant et touchant, une pointe d’humour et beaucoup d’énergie, mais on retient aussi une voix puissante à la justesse divine. Sate a toujours baigné dans la musique, notamment le blues et le jazz dont sa maman, Salome Bey, est une des pionnières au Canada. Venue de Toronto avec ses quatre musiciens, tous ont démontré la qualité et le professionnalisme de ces artistes d’outre-Atlantique, bien supérieurs à leurs voisins américains, à mon avis. Sate joue dans un Jack Jack peu fréquenté comme si c’était un Zénith débordant. Elle happe le public dès les premiers instants et l’embarque dans une aventure à pleine vapeur sur les traces de Jimi Hendrix, en passant par Funkadelic, Black Sabbath ou Sly & The Family Stone… Sate a du caractère et force l’admiration, elle fait partie de ces artistes qui vous marquent de façon indélébile. Son premier album sorti l’année dernière est une pure merveille, mais c’est sur scène qu’il prend tout son sens, tant l’artiste excelle. Côté photographie, le concert au Jack Jack a été particulièrement difficile avec une intensité lumineuse assez faible et beaucoup de dynamisme sur le plateau. Pour préserver un minimum de vitesse, devant baisser celle-ci jusqu’à parfois 1/80 de seconde (1/200 en moyenne), j’ai dû opter pour une haute sensibilité, atteignant ISO 12800 sur la quasi-totalité du set. Des conditions un peu frustrantes, car Sate dispose d’une large palette d’émotions et dégage une terrible énergie. Une chose est certaine, on ressort avec une furieuse envie de revoir ces Canadiens en concert et on se dit que c’est dommage que tant de Lyonnais aient loupé une si belle occasion. En espérant que ce soit partie remise, je ne peux que vivement vous inviter à découvrir de toute urgence Sate et de la surveiller de près. Elle sera bientôt incontournable !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Sous l’invitation de la Cave à Musique, No One is Innocent et Nadejda sont venu briser le calme dominical mâconnais. Le 20 mai dernier, de « Frankenstein » à « La peau », nul repos, la sueur a coulé à flots. Retour, en images, sur cette intense et très belle soirée où nul ne ressortit innocent.
Dans le cadre de son festival "Just Rock?", l'association lyonnaise Mediatone a rendu complètement stoner le Ninkasi Kao, avec 7 Weeks et Triggerfinger, le 8 octobre 2014.
De Buridane à Mudweiser, en passant par Austin Lucas ou Undergang, du folk à l'électro, du hip-hop au stoner, du groupe régional émergent à l'artiste international confirmé, toute la musique alternative a sa place au Kraspek Myzik.
Le 8 novembre 2014, le Transbordeur à Villeurbanne s'est transformé en véritable dance floor électro funk le temps d'une soirée. Charlie and the Soap Opera et Deluxe ont enflammé un public des plus motivés!

Laissez un commentaire !