Tagada Jones, dissident au Kao!

Posté dans : Concerts & Festivals 0

La terre a tremblé le 26 mars 2014 et l’épicentre se trouvait à Lyon, du côté du Ninkasi KaoRABAndréas et Nicolas mais surtout, Tagada Jones, plus dissident que jamais.

Tout avait commencé presque tranquillement, avec le sourire et quelques pogos bien mesurés sous le hardcore second degré de RAB, des lyonnais qui envoient mais ne se prennent pas trop au sérieux pour autant. « Rien À Branler ! » s’écrie le public et le groupe semble avoir la « Rage Against Bécassine »… Ça vous donne le ton et, surtout, ça vous chauffe bien une salle qui n’est de toute façon pas venue pour tricoter autour d’une bonne tasse de thé au lait. C’est la seconde fois que je voyais ces fameux RAB et la confirmation fut à la hauteur de la gifle que j’avais pris quelques mois auparavant. Le public a été plus que convaincu aussi et aurait bien repris un peu de RAB.

Mais il y a du monde à venir encore…

Andréas et Nicolas, leur singe batteur à ne pas confondre avec un certain monkey virtuel, Will Smith en duplex téléphonique, Barbie, Kent,  et quelques canards. Bref, un joyeux bordel sur scène à prendre au moins au douzième degré cette fois. Sous des airs de comptines décalées, il y a un véritable esprit « punk débile » ou comment pogoter en étant mort de rire. Alors, chaque chanson semble être un hymne de notre enfance, ce genre de refrains que nous aurions aimer entonner pour mettre en rogne nos parents, à la fois trash et mignon. Si vous connaissez ces drôles de loustics, je vous vois déjà sautiller en reprenant à tue-tête: « Je prends mon chat, j’lui ouvre la tête, j’lui mets une K7 dedans », « Toutes les filles qui jouent au foot sont moches », « Je déteste le sexe depuis mon enfance »… Pour les autres, entre deux prises de têtes au boulot ou sur un devoir à rendre d’urgence, je vous conseille vivement de faire un tour dans l’univers d’Andréas et Nicolas, le seul groupe à pouvoir enchaîner plus de dix morceaux en deux minutes… Mais comment c’est possible?!

Et puis, c’est quand même pour ça que nous étions là au début, aussi nombreux puisque le Ninkasi était pratiquement complet: faire la fête aux Tagada Jones ! Les bretons viennent d’arroser leurs 20 ans de scène et ont déboulé en pleine forme pour retourner Lyon, mettre encore une fois le chaos au Kao. Souvent, les groupes semblent s’assagir avec l’âge mais Niko et sa horde sont de ceux dont l’adolescence est éternelle. Toujours aussi revendicateurs et rebelles, ils sont venus défendre leur nouvel album, « Dissident », au son plus puissant que jamais. Car, en effet, Tagada Jones a signé là un opus d’une superbe énergie et cette rage s’est bien fait ressentir sur scène. Il a fait très chaud au Ninkasi, ils nous ont mis la fièvre et le public était surexcité. Des conditions très difficiles pour prendre des photos depuis la fosse aux pogos mais quelle claque ! Entre punk, métal et hardcore, Tagada Jones ont prit ce qu’ils savent faire de mieux et sont encore allés plus loin. Job, à la batterie, a définitivement ses marques et apporte sans doute beaucoup à cette énergie sur les titres du dernier album mais il retrouve aussi un de ses compères du groupe « Nevrotic Explosion », Waner à la basse. Ce dernier dispose d’une excellente présence scénique et permet au groupe de gagner encore en efficacité. Bref, avec Stef à la guitare et, bien évidement, Niko au chant/guitare, cette formule des Tagada est terriblement puissante, une véritable potion de jouvence. Un concert marathon, la sueur a coulé à flot, les slams ont rythmé une ambiance endiablée…

20 ans, la force d’un âge qui vous va si bien.

Il est temps pour moi de vous laisser avec mes quelques photos de cette soirée, ainsi que deux petits clips. Soutenez la scène alternative et ses artistes, commentez, partagez, soyez curieux et bougez vos fesses en live !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Parabellum fête ses 30 ans de carrière et, pour l'occasion, cumule les dates avec plaisir et succès. Le 19 juillet, nos mythiques punks étaient sur la scène du festival Apiroknofobi... Une grande fête!
Le dimanche 12 novembre 2017, le photographe Raphaël Rinaldi nous conviait au Chinois, à Montreuil, pour nous présenter son livre hommage « Snaprock pour Schultz ». Huit groupes et divers artistes se sont produits en concert pour saluer Schultz et Sven de Parabellum.
Pour cette première édition, l'association Sounds Like Hell Productions a tapé très fort en nous proposant un plateau de 5 groupes de qualité et, notamment, les mythiques Sick of it All. Souvenirs...
Merci encore, Schultz, j’ai été heureux et fier de vivre tous ces moments avec toi et ta bande. De bien belles aventures nous attendent encore et nous te les dédions.

Laissez un commentaire !