Des punks ramoneurs aux poules à crêtes!

Posté dans : Concerts & Festivals 0

10 ans que ça dure, du punk en festival, deux jours de pogo intensif et de bonne humeur, dans la petite commune de Fourneaux (42), les poules à crêtes sont insomniaques.

Pour ce dixième anniversaire, l’association nous avait concocté une belle fête et invité du beau monde. Une seconde scène à l’extérieur était même prévue pour l’occasion mais, hélas, la météo en a décidé autrement. Des trombes d’eau et un bel orage qui, pour autant, n’ont pas démotivé les troupes. Le public était fidèle au rendez-vous, prêt à en découdre joyeusement pendant tout le week-end des 19 et 20 septembre.

Pour ma part, je ne pouvais être présent que le vendredi soir. À l’origine, je devais accompagner les amis de Parabellum. Cependant, Schultz, chanteur-guitariste emblématique du groupe au caractère bien trempé, en a fait qu’à sa tête et a tiré sa révérence une semaine avant. Pourtant, je sais qu’il aurait grandement apprécié pousser ses coups de gueule et lancer ses grands sourires dans ce festival dont il aurait adoré l’esprit. Une émotion certaine était palpable en tous cas. Arrivé en retard à cause de la circulation, nous avons mis plus de 2h30 pour faire à peine 62 km, je n’ai pas pu voir « Laids Crétins des Alpes » venus remplacer Parabellum au pied levé et je n’ai profité que de loin du concert de Diego Pallavas. À ce moment là, je me suis retrouvé embarqué au bar par quelques fans de Parabellum attristés par le départ soudain de Schultz. Nous sommes tous des orphelins de Cayenne, c’est certain pour autant, j’ai sans doute trouvé les bons mots pour redonner à ces quelques punks le sourire qu’aimait tant notre ami. Il était là, c’est certain et sans aucun doute très fier de voir que le rock’n’roll a encore de belles heures devant lui mais aussi forcément touché par l’hommage que lui a rendu tout un festival.

La musique continue donc. Sur cette première soirée du festival des poules à crêtes, je vous propose quelques clichés des Affranchistes, de Los Très Puntos et des Ramoneurs de Menhirs. Trois groupes aux registres bien différents mais tous aussi efficaces.

Les Affranchistes est un groupe régional émergeant mais à suivre impérativement si vous êtes amateurs de Punk. Le groupe ne se prend pas la tête, préférant l’humour, la dérision et mêlant swing, ska et jazz manouche à leur punk débridé. Un trio percutant à qui on ne peut que souhaiter le meilleur à venir. Los Très Puntos n’a eu aucun mal à enflammer la salle par la suite. Formé en 1995, la bande a de la bouteille et un ska punk teinté de rock steady à vous remuer les tripes comme jamais. À 8 sur scène, ils envoient du très gros, ça joue carré, ça pogotte et sue à volonté dans le public. Il est temps alors de laisser place aux fumistes des tant attendus Ramoneurs de Menhirs. Entre musique traditionnelle bretonne et punk, bombarde, biniou, guitare électrique et boîte à rythme, tous les ingrédients d’un bon fest-noz sont réunis. Nulle besoin d’en dire plus, si vous connaissez Loran et la troupe de ramoneurs, je ne vais pas prendre le risque de radoter et pour les autres, il vous reste à pousser votre curiosité, ça en vaut carrément le détour !

Bref, je ne pense pas me tromper en affirmant que nous avons tous passé une excellente soirée, que nous avons aussi eu une pensée toute particulière pour Schultz et ses amis absents sur scène mais bien présents dans nos coeurs. « L’ilot Amsterdam » a résonné, interprété avec passion par Diego Pallavas et le public a, bien évidemment, entonné encore et encore « Cayenne » et son fameux « Mort aux vaches »…

Il est temps pour moi de vous laisser avec quelques photos de ces concerts, trois vidéos et de vous donner rendez-vous à Fourneaux l’an prochain pour la onzième édition du festival des poules à crêtes. Bon vent, bande de punks !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Un petit coup dans le rétroviseur pour mettre en avant une soirée un peu particulière au Kraspek Myzik à Lyon qui, le soir du 18 janvier 2014, accueillait de drôles de punks...
Un ange est parti rejoindre ses semblables, loin de Cayenne et du port d'Amsterdam... Un grand homme du rock français, comme un père pour de nombreux enfants de la scène punk et alternative. Nous sommes tous ses orphelins mais les héros du peuple sont immortels.
Le plus grand festival étudiant d'Europe se déroule depuis plus de 30 ans à Lausanne, il est devenu un évènement incontournable. Cette année, Sidilarsen et Parabellum étaient au Balélec.
La terre a tremblé le 26 mars 2014 et l'épicentre se trouvait à Lyon, du côté du Ninkasi Kao. RAB, Andréas et Nicolas mais surtout, Tagada Jones, plus dissident que jamais.

Laissez un commentaire !