The Young Gods, Dead Hippies et le festival Electrochoc

Posté dans : Concerts & Festivals 0

La neuvième édition du festival Electrochoc vient de se terminer. Proposé par les Abattoirs, scène des musiques actuelles de Bourgoin-Jallieu, l’évènement se déroule aussi à Saint-Étienne, Romans-sur-Isère et l’Isle d’Abeau pendant un peu plus d’un mois. C’est l’occasion de découvrir la richesse et la diversité de la scène électronique, de l’industriel à la techno, de la pop à l’electro hip-hop, du dub au trip hop.

Le samedi 15 mars 2014, c’est au Fil de Saint-Étienne que tout amateur du genre se devait d’être présent. Un programme de grande qualité avec, notamment, le légendaire groupe suisse, The Young Gods et les copains de Dead Hippies, nouveau projet d’Arnaud, guitariste de La Phaze et de Hint. Au cours de cette soirée, nous avons pu aussi apprécier NäoAbstraxionJackson and His Computer Band mais aussi DJ Pone & Rebotini.

The Young Gods, Dead Hippies et le festival ElectrochocVéritable retour aux sources pour The Young Gods, parrain du festival Electrochoc, avec la formation quasi originelle puisque Cesare Pizzi est revenu aux machines. Le mythique trio helvétique, inspiration de bon nombre d’artistes comme Nine Inch Nails, Ministry, Mike Patton, Sonic Youth, The Chemical Brtohers pour ne citer qu’eux, nous a proposé un concert principalement basé sur les deux premiers albums du groupe: The Young Gods et L’eau Rouge, parus en 1987 et 1988. Une chose est certaine, le groupe est en pleine forme et nous a distillé un savant mélange de rock et d’électro-indus. Un vrai bonheur et de très beaux moments partagés sur scène comme en loge. Ma douce Océanne vivra une expérience à part en se faisant masser à coup de baguettes par Bernard, batteur du groupe, lui permettant ainsi de s’échauffer avant de monter sur scène puis, en fin de soirée, elle jouera aux confidentes et complices avec Franz dont la gentillesse n’a d’égal que son humilité. Merci à tous les trois ainsi qu’à votre équipe pour ces instants magiques.

Dans un autre registre, la découverte et la bonne surprise de la soirée s’appelait Näo. Originaire de Besançon, le trio développe une musique électronique aérienne et puissante. Il pourrait avoir un peu d’EZ3kiel première époque dans leurs compositions mais le groupe revendique d’autres influences comme l’excellent Amon Tobin, DJ Krush ou bien encore, Nine Inch Nails. Signé chez Jarring Effects, le célèbre label électro lyonnais, Näo prépare actuellement son troisième album. Sur scène, malgré un petit souci technique pendant le concert, le groupe a emmèné le public dans une sorte de transe étrange entre down tempo et noise, un son difficile à décrire mais qui ne peu laisser indifférent.

Jackson and His computer Band proposait, quant à lui, un son bien plus techno et un univers plus visuel avec sa drôle de machine. Sur le programme officiel du festival, on nous vendait l’artiste en nous parlant « d’un ensemble fou de grandiloquence orchestrale, techno et hip hop gothique », de « funk filtré » et ou bien encore « d’un sens baroque post-millénaire apporté à la rave »… Euh…
Disons simplement que je n’ai pas compris toute la subtilité de l’assemblage de ces mots et que je cherche encore. Rave, oui et assez commerciale dans l’ensemble mais pour le reste…

N’ayant pas pu voir la prestation de DJ Pone & Rebotini tout comme celle d’Abstraxion, je ne dispose pas encore du don ubiquité, il est donc temps de parler un peu des copains de Dead Hippies.
Fameux guitariste de La Phaze mais aussi de Hint, un des groupes références de la noise française des années 90, Arnaud Fournier est à l’origine de ce projet atypique mêlant noise et electro. Quatre Fender Jazzmaster et huit amplis vintage pour nous servir un son entre rock, musique cinématique et electro dance-floor. Un mélange mélodique et puissant, terriblement efficace. Fondé il y a à peine plus d’un an, en janvier 2013, juste après les derniers concerts des regrettés La Phaze, le projet Dead Hippies est prometteur et le premier opus du groupe à découvrir de toute urgence !

Voilà donc en bref cette soirée du festival Electochoc que je vous propose maintenant de revivre en photo et, pour les plus curieux, je vous laisse quelques vidéos des groupes pour les découvrir.

N’hésitez pas à commenter et, surtout, à partager cet article car c’est ainsi et en allant aux concerts que vous apporterez le meilleur soutien aux artistes.

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Industriel, Noise et Stoner étaient à l’honneur ce samedi 14 mai 2016 à Genève dans le lieu mythique qu’est l’Usine, sous l’invitation de l’association Post Tenebras Rock. Retour sur ces concerts de Hint, Schwartz et Dog Days.
En cette fin d'été et de saison des festivals, c'est l'occasion de mettre à l'honneur un de mes favoris. À Cluses, Musiques en stock est un festival éco-citoyen, éclectique, familial, de qualité, sans compromis et gratuit !
Et la lumière fut. Lux, unité de mesure d'éclairement lumineux, mais aussi éclatant cinquième album studio d'EZ3kiel que le groupe défend brillamment sur scène lors de cette tournée de passage du côté de Lyon, au Transbordeur. Un émerveillement visuel et auditif.
De Buridane à Mudweiser, en passant par Austin Lucas ou Undergang, du folk à l'électro, du hip-hop au stoner, du groupe régional émergent à l'artiste international confirmé, toute la musique alternative a sa place au Kraspek Myzik.

Laissez un commentaire !