Mejika: La Calavera Catrina

Tirés d’un travail de commande pour la réalisation d’affiches et la communication d’un évènement autour du tatouage, voici quelques clichés d’une séance un peu particulière avec la belle Mejika, dans un esprit rock et sur le thème de la Calavera Catrina.

Attribuée à l’illustrateur satyrique mexicain José Guadalupe Posada, influencé par les travaux du caricaturiste Manuel Manilla et inspiré à la fois de traditions européennes (notamment de l’art macabre médiéval) et indigènes préhispaniques (en particulier du culte de la déesse aztèque de la mort Mictecacihuatl), la Calavera Catrina a été créée vers 1912, devenue depuis un personnage populaire de la culture mexicaine. Ce squelette féminin vêtu de riches habits et portant généralement un chapeau très élégant orné de fleurs est une figure emblématique de la fête des Morts mexicaine. Cette représentation caractéristique la bourgeoisie et a une fonction de memento mori, destinée à rappeler que les différences de statut social n’ont aucune importance face à la mort. La critique de Posada était explicitement dirigée contre les « garbanceras », des femmes d’origine indigène qui copiaient la mode et les usages européens en délaissant et en méprisant leurs origines, les coutumes locales et leur classe sociale pour se donner l’air d’avoir accédé à un niveau social supérieur à leur condition. Le mot « catrina » est la déclinaison féminine du mot espagnol « catrín » qui désigne une personne élégante et au Mexique, de manière plus spécifique, un homme paresseux à l’élégance excessive et ridicule. Le mot « calavera » désigne un crâne humain, une tête de mort. Cette représentation aux origines satyriques est parfois confondue avec la Santa Muerte, généralement représentée par une faucheuse. Cette dernière est en fait la sainte patronne des parias et des délinquants. Rattaché à l’Église catholique, ce culte a été associé à la violence, au crime, à la prostitution et au trafic de drogue; ses fidèles pensant qu’ils pouvaient agir comme bon leur semble, finissant par être pardonnés. La Calavera Catrina et la Santa Muerte n’ont donc strictement aucun rapport.

Mejika: La Calavera CatrinaAprès ce petit point de culture, revenons à l’histoire de cette séance. Le 16 octobre dernier, un ami infographiste, « Kaiser » de KS Production pour ne pas le nommer, m’appelle et me propose ce projet. Il vient d’être informé de la commande et je dispose d’une dizaine de jours maximum pour mettre en place le projet: trouver une modèle, une maquilleuse, un lieu et des disponibilités communes, décider de l’esthétique, réaliser la séance, traiter et retoucher les photos. Un vrai petit défi, mais voilà qui serait plutôt du genre à me motiver. Je pose donc une annonce pour trouver la maquilleuse et la modèle puis, après réflexion, Mejika apparaît comme une évidence. D’une beauté atypique, tatouée et dans un esprit bien rock, les cheveux roses et du caractère, elle est la muse idéale pour incarner ce personnage de manière un peu décalée. Le temps de répondre aux nombreuses sollicitations des maquilleuses, c’est la jeune et talentueuse Claire Grasland qui retiendra mon attention. L’équipe formée, la direction artistique et le lieu définis, nous pouvons enfin nous lancer. Une semaine après le contact de l’ami Kaiser, et après avoir traversé une partie de la ville sous le regard médusé des passants, nous nous retrouvons aux théâtres antiques de Fourvière, sur les hauteurs de Lyon, pour cette drôle de séance dont je vous propose ici quelques clichés.

En fin de compte, les organisateurs de l’évènement n’ont pas retenu le fruit de ce travail pour l’immédiat, en tout cas pour l’ensemble de la campagne. Cependant, notre travail ne restera pas vain, car il sera utilisé pour un autre évènement, mais aussi de par le plaisir que nous avons eu à le réaliser et les enseignements tirés.

Je vous laisse donc profiter de ces quelques clichés et, suivant l’envie, partager cet article.

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

Eva est une jeune femme libre, moderne et naturelle; c'est aussi une artiste. Musicienne, elle joue autant de la voix que du violoncelle, deux instruments à la fois sensibles et sensuels mais disposant d'un caractère certain. Eva est tout cela. Eva, tout simplement.
Voici un article et des clichés bien inhabituels sur mon site me direz-vous. Pourtant, entre Shaka Ponk, Lofofora ou bien d'autres, vous êtes aussi mes "stars" et, lorsque l'amour s'en mêle, c'est avec le plus grand plaisir que j'immortalise votre bonheur.
Cela faisait longtemps que je n’avais fait de séance avec une modèle. Avec Karine, nous avons relancé la machine le temps d’une petite séance improvisée.
En pleine tempête, il y a toujours un oeil bienveillant sur vous, comme un sémaphore vous guidant contre vents et marées vers des rives clémentes, bien loin du chant des sirènes de mauvais augure...

  1. Cedric Guion
    | Répondre

    Bravo à Stéphane Zoz, Mejika Setsunai & Claire Grasland pour le super boulot !

Laissez un commentaire !