Skunk Anansie acoustique: une diva à Genève

Posté dans : Concerts & Festivals 0

C’est en acoustique que le célèbre groupe de rock anglais a décidé de fêter ses 20 ans de carrière. Débutant à Londres, aux origines même du groupe pour l’enregistrement du DVD live, la tournée européenne de Skunk Anansie était de passage à Genève, le 23 mars 2014, pour une dernière date avant le retour à la maison et un ultime concert, deux jours après, au coeur de la ville qui les a vu naitre.

Formé en 1994, Skunk Anansie a rencontré très rapidement un vif succès. Entre punk, métal et funk, le groupe apporte un souffle nouveau au britrock et la qualité de ses musiciens mais aussi le charisme, la présence et la voix de sa chanteuse, Skin, ont été des atouts indéniables à leur réussite. En 1995, il remporte déjà le prix du meilleur nouveau groupe britannique et sera récompensé l’année suivante encore, reconnu alors comme le meilleur groupe de live aux Kerrang! Awards. Tout va très vite alors, un second album avec des titres qui feront le tour de la planète dont l’inoubliable « Hedonism ». Si, si, vous vous rappelez forcément, vous connaissez obligatoirement cette chanson! Bref, l’album sera certifié platine au Royaume Uni en 1997 et la carrière internationale de Skunk Anansie est définitivement lancée.

Cependant, après un troisième album qui a rencontré plus de succès à l’étranger qu’en Angleterre, le groupe décide de se dissoudre en 2001. La décision est prise en bons termes et permet à ces amis de mieux se retrouver 7 ans plus tard. Deux nouveaux albums suivront, dont l’excellent « Black Traffic » sorti en 2012 puis, le fameux CD/DVD live acoustique en septembre 2013, sujet de cette superbe tournée.

Au départ, le concert de Londres était prévu comme un « one shot » et le spectacle ne devait pas connaître de suite mais l’évènement fut si grandiose que le groupe ne pouvait imaginer cette aventure sans suite. Ainsi, dans une formule moins orchestrale, plus resserrées autour du groupe mais avec l’apport tout de même de Len Arran à la seconde guitare et Erika Footman au choeurs et claviers. Cette dernière, épouse de Mark, batteur du groupe, se révèle aussi excellente chanteuse lorsqu’elle accompagne Skin, notamment dans un incroyable duel vocal sur « I will break you ». Le public lui a accordé une ovation largement méritée. Impressionnant.

Plus d’une heure et cinquante minutes d’un concert mémorable, chaleureux et relativement intimiste, malgré un théâtre du Léman complet et ses 1323 spectateurs. Il régnait comme une ambiance familiale sur scène, les musiciens se sentant comme à la maison, tout en décontraction, avec beaucoup d’humour, de complicité, mêlée à une vraie proximité avec le public. Petites blagues entre amis dont un « twenty years of this shit » revenant à plusieurs occasions après de gentils pics lancés par un partenaire de scène ou bien encore, Skin oubliant le titre du morceau suivant et traitant de menteur Len Arran qui lui répond que c’est sa chanson préférée: « You’re a liar… It’s not yours, it’s my favourite song ». On se sent bien en compagnie de Skunk Anansie et le concert passe vite, bien trop vite.

Skunk Anansie acoustique: une diva à Genève
Tout a commencé en douceur. Après une première partie assurée par Karima Francis, seule sur scène avec sa guitare et son répertoire folk bien accueilli par le public, Skunk Anansie arrive enfin sur un plateau minimaliste à souhait. Tapis orientaux au sol, amplis guitares très discrets, tabourets de bar en cuir et lumières sans effets spectaculaires, le tout s’accorde parfaitement avec le cadre du théâtre. « Brazen », « Because of you », « Infidelity »,… ce début de concert est posé, le public est assis et attentif, les yeux brillants et déjà la sensation de vivre un instant exceptionnel. Il faudra tout juste une demie heure pour que l’assistance se lève une première fois et, régulièrement, le concert sera ponctué de moments forts. Que ce soit Skin, assise sur le bord de la scène et posant sa chaussure à talon aiguille proche du visage d’une personne du premier rang ou bien des couples se levant pour danser un slow tendrement enlacés sur « You saved me », ce concert fut réellement chargé d’émotions. Une fois, deux fois et la troisième sera la bonne, le public finira bel bien debout une soirée qu’il n’est pas près d’oublier ! D’ailleurs, après un premier rappel avec notamment les tubes « Hedonism » « Twisted » et « I can dream », les ovations de la salle obligeront le groupe à revenir encore une fois pour un dernier morceau imprévu.

Du grand art donc. Humour, générosité, humilité, proximité, les membres de Skunk Anansie nous ont fait rêver, un doux voyage acoustique que nous avons certainement été nombreux à prolonger en écoutant le CD « Live in London » en boucle en rentrant chez nous. Les musiciens sont souriants et accessibles, avec un ami, nous avons pu discuter quelques minutes avec Cass, le bassiste et Len Arran deux heures avant le concert, en toute simplicité devant l’entrée des artistes. Et puis, définitivement, Skin est une femme incroyable, une véritable diva. À 46 ans passés, elle dispose d’une impressionnante énergie, d’un charme terriblement troublant, à vous faire basculer en arrière lorsqu’elle s’approche à quelques centimètres de vous, au bord de la scène. Sa voix prend tout sa dimension lors de ces acoustiques, capable de jouer un large répertoire et de monter très haut sans trembler, avec précision et justesse. Il y a parfois quelques chose dans sa voix qui pourrait bien rappeler Tina Turner mais Skin est à mon sens bien au delà. Elle dispose d’une classe naturellement rare et, assurément, elle est pour moi la plus belle voix du rock de ces vingt dernières années !

Skunk Anansie devrait reprendre le cours des festivals cet été, de retour avec sa formule rock originelle, ne le loupez sous aucun prétexte !
Allez, je vous laisse avec mes quelques photos, prises sur les deux seuls premiers morceaux depuis le côté de la scène et une petite vidéo tirée d’un autre concert de cette tournée. Partagez sans aucune modération et vibrez au son de la musique live !

Partagez !

© 2020  •  Tous droits réservés.
Pour toute reproduction, veuillez me contacter.

Pour obtenir des informations sur mes prestations, me demander un devis, commander un tirage…

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.
261 abonnés.

Facebook
Suivez-moi !
Linked in
Suivez-moi !
Instagram
Suivez-moi !
Previous
Next

Articles connexes

La neuvième édition du festival Electrochoc vient de se terminer. C'est l'occasion de découvrir la richesse et la diversité de la scène électronique, de l'industriel à la techno ou l'electro hip-hop.
Pour la troisième fois, les Nuits de Fourvière accueillaient, ce 28 juillet 2014, les américains de The National, un des groupes phares de la scène rock indépendante outre-atlantique.
9 000 personnes attendaient de pieds fermes la bande des six singes endiablés au Zénith de Dijon, la soirée fut explosive et personne ne s'en plaindra!
Après une petite pause de deux mois, Shaka Ponk a remis le couvert pour la seconde partie de sa tournée marathon. Comme à son habitude, le groupe a enflammé le Spot à Mâcon.

Laissez un commentaire !